Retour sur la dernière session truite de 2017

A une semaine de l’ouverture, je publie cet article que j’ai soigneusement gardé au chaud pendant tout l’hiver, histoire d’être bien motivés le jour J ! Je suis avec Loïs sur l’Ardèche. Nous avons une petite journée devant nous et sommes déterminés à prendre de belles farios. Dès notre arrivée, nous avons de beaux suivis et apercevons quelques jolis poissons en chasse. Je ne sais pas pourquoi, mais aujourd’hui, je le sens bien… Et j’ai à peine le temps de faire part de ce sentiment à Loïs que je tiens déjà quelque chose. Une truite de 35 prise au milieu d’un courant peu profond au Ryuki 50S.

DSCF82901.jpg

Il y a de l’activité, c’est cool ! Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et il semblerait que nous soyons arrivés un poil trop tard. La frénésie s’est vite terminée et la pêche se ralentit nettement.

Par contre je bats largement mon record d’écrevisse… Y a un beau bébé là !

DSCF8288.JPG

Bon, trêve de pitreries crustacéennes (vous pouvez vérifier, ce mot existe vraiment ^^), il faut trouver une solution pour débloquer la situation.

Pour le coup, ça n’a pas été très compliqué, il a juste fallu attendre un nouveau pic d’activité qui a eu lieu une heure plus tard. Je sors une autre belle truite de 35 qui m’échappe pour la photo et me rattrape avec une petite, toujours au Ryuki 50.

DSCF8293.JPG

Le constat est simple: il y a des truites qui tapent de partout ! Sur les grands plats inertes, sur les fins et sur les têtes de courant… Et surtout au pied d’une digue où nous enchaînons 5 ou 6 petits poissons. Loïs ouvre son compteur après que je lui ai prêté un Ryuki (comme quoi, il n’y a pas de secret) sur une fario de 30 environ.

DSCF82941.jpg

Magnifique zébrée !

DSCF8297.JPG

Et en baitfiness s’il vous plaît…

Et en plein milieu de la grande plate créée par cette digue, je me fais salement cartoucher par un fish nettement plus correct. Ça démarre fort et tente de se réfugier dans les rochers, pas de doute, c’est bien plus gros… à quel point ?

A ce point là :

DSCF83021.jpg

Pas un poisson monstrueux, mais 40cm tout de même. Et surtout, quelle beauté ! Une robe sombre et orangée avec des rayures marquées, je suis fan !

DSCF83101.jpg

Après s’être pris une taule (j’aimerais qu’il n’oublie pas qui est le patron ^^), Loïs s’en va et je continue en solo… Tant mieux pour moi car je profiterai tout seul d’une énorme période de folie furieuse avec des truites qui frappent dans tous les sens. J’en fais 6 de plus ou moins 30cm.

DSCF83131.jpg

Une tordue

DSCF83171.jpg

Et sur une nouvelle plate je prends encore une grosse sacoche à 5m de moi. Sur le moment, je pensais tenir mon record car les coups de tête sont puissants et amples et surtout, je me suis mangé un rush de l’espace ! Les sensations que peuvent offrir des farios de 40cm sur du matériel léger sont hallucinantes !

DSCF83231.jpg

Encore une fois une robe magnifique, bien que particulière.

DSCF83251.jpg

Après quoi, l’activité cesse net. Mais ce n’est pas fini ! J’arrive encore sur un grand plat et commence à pêcher une bordure de sable à côté de moi. Je lance le Ryuki, et quand je prends contact, c’est pendu, et c’est gros ! Énorme même ! Je suis alors prêt à mettre ma main au feu que je tiens un gros chevesne car la touche à la tombée du leurre est caractéristique de ce poisson. Seulement… j’encaisse des rushes longs et puissants semblables à ceux d’un barbeau. Et en effet, c’en est un… Ne tiendrait-on pas l’action la plus improbable de l’année ? Un gros barbeau qui prend un petit poisson nageur à la descente dans 80cm d’eau… Je vous laisse en débattre.

En tout cas, après une dizaine de minutes de lutte acharnée, il est au sec ! Et c’est un nouveau record ! C’était bien la peine d’y courir après pendant tout l’été… suffisait d’un peu de beaucoup de chance.

68cm pour le pépère, 2cm de plus que mon précédent record.

DSCF83351.jpg

Mon dieu que je les kiffe ces poissons !

DSCF83361.jpg

Voilà la cerise sur le gâteau pour parachever une journée déjà bien accomplie avec une bonne vingtaine de truites dont deux de 40cm.

J’espère vous retrouver le week-end prochain pour le récit de l’ouverture, mais j’avoue ne pas être très optimiste. Actuellement, il y a de la glace et de la neige sur ma rivière qui est déjà assez haute (en plus d’avoir été troublée par de récentes pluies) et le redoux annoncé pour la semaine à venir fera fondre toute cette neige… ça va être une grosse galère cette ouverture !

Quoi qu’il en soit, je vous souhaite un bon courage pour ce nouveau départ et j’espère vous avoir chauffé un peu avec cet article car la motivation sera nécessaire pour tirer son épingle du jeu, à mon avis. 😉

@+

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s