Une fin d’année 2017 au brochet

Oui, je suis toujours vivant ! Quoi, vous en doutiez ? C’est bien mal me connaître. En tout cas, je poste un petite article vite fait pour résumer ma fin d’année 2017 et les quelques sorties carna que j’ai faites.

On commence le 11 novembre, le jour de mon anniversaire. Je suis avec mon pote Loïs en float dans une belle lône à la frontière entre la Drôme et l’Ardèche, mais vu que c’est joli, on va dire que c’est en Ardèche (et hop, ça glisse une petite pique !).

2017_1111_12271300

Je commence la journée au shad 5″ (coloris sombre) en texan palette. Ça marche plus ou moins vu que je décroche un petite pike au ferrage et en fait suivre un autre. Au bout d’un petit moment, ça se calme. Loïs fait alors le choix osé d’une prospection au crankbait en powerfishing… et ça a payé. C’est pas gros, mais le compteur est ouvert.

2017_1111_13200800.jpg

Quant à moi, je change simplement de couleur pour passer sur du blanc. Jusqu’à maintenant, il faisait assez gris, mais le soleil se pointe enfin et c’est l’occasion ou jamais de mettre a profit la palette de mon texan.

Avec une animation très lente sur le fond, je déclenche une touche très discrète. Je ferre dans le doute, et c’est pendu ! Ce n’est pas monstrueux, mais avec 65cm, ce n’est pas trop mal non plus.

2017_1111_13445200.jpg

Après quoi, je manque une autre touche, puis plus rien. Le calme plat. Ce n’est qu’avant de partir que je trouve le type de leurres à utiliser, et c’est assez surprenant… Des jerkbaits. Nous sommes passés à côté de quelque chose aujourd’hui. Pour ma part, je me suis entêté à pêcher sur le fond et Loïs pêchait certainement trop vite avec son crank. Je loupe deux petits becs avec un jerk coulant animé lentement à 50cm de la surface.

2017_1111_14111100

Comme quoi, la pêche ça tient à pas grand chose. En parlant de ça, ça me rappelle une session début décembre. Il fait un froid mordant et le vent souffle fort. Je sens que ça va être difficile, d’autant plus que je découvre un nouveau spot, encore une lône. C’est simple, au bout de 10 minutes, je prends une violente boite en texan palette, je sors un beau poisson de 72cm (et inaugure au passage mon ensemble casting) et je ne fais plus rien de la journée… Je suis sûr que par une météo plus clémente, il y a du potentiel ici.

IMG_20171203_114253.jpgIMG_20171203_105656.jpg

Vient ensuite une nouvelle session avec Loïs en terrain connu, à savoir, ma lône habituelle (aka, l’usine à brochets). Ce dernier trouve la pêche… sans le faire exprès. Alors que ne savions pas trop quoi faire, il sort un jig à bass de 28g et s’amuse à pêcher en punching (c’est à dire, pêcher sous les herbiers épais en les transperçant avec le plomb du jig). Il n’avait pas vraiment l’air de croire en ce qu’il faisait, et pourtant, il décroche un pike de 65. Du coup je sors aussi un jig et pour le coup, on a vu de l’action ! Mais comme on est des brèles, on a tout décroché… Les anti-herbes étaient trop forts et nos cannes pas assez puissantes pour les dégager.

Ayant appris de cette erreur, je me munis de jigs avec des anti-herbes plus souples pour améliorer mes chances de ferrages réussis. Le 31 décembre, c’est parti pour la dernière de l’année avec LE Léo et mon frère, au même endroit.

2017_1231_10380100

Tout le monde est au jig, et les touches ne se font pas attendre ! Mon frère en sort un premier de 55cm. J’en manque un petit un peu plus tard. Après avoir mangé, c’est reparti pour un tour.

Avec une chance incommensurable, je m’attèle à un beau poisson. Je lance mon jig devant une tête d’herbier et pendant ce temps, un brochet sort gueule ouverte sur un banc de poissons blancs. Je ne sais pas s’il en a attrapé un, par contre il a pris le jig en pleine tronche. Il m’a fallu un bon temps de latence avant de comprendre qu’il l’avait bien pris et d’envoyer un puissant ferrage. Combat en force pour le sortir de l’herbier, gros rushes et canne cintrée, on connaît l’histoire…

2017_1231_14025700.jpg2017_1231_14033800.jpg

Comme ça on dirait qu’il fait au moins 90… quelle fut ma déception quand j’ai constaté qu’il ne faisait que 78cm… En tout cas il pèse son poids ! Le plus drôle dans l’histoire c’est que c’est le même que j’ai pris à l’ouverture 2016. Je l’ai reconnu grâce à une tâche verte qu’il a sur le côté gauche. Il mesurait 75cm à l’époque.

2017_1231_14045900.jpg

Après quoi, Léo décide de se réveiller et nous sort deux pikes presque coup sur coup. 55 pour le premier et 66 pour le deuxième.

2017_1231_14271300.jpg

2017_1231_14585900.jpg

Le tout en vidéo en plus !

Voilà une belle manière de terminer une année !

Pour le moment, on attend patiemment l’ouverture de la truite !

@+

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s